Vous ne rêvez pas, chers lecteurs fidèles !

Je décide de faire une pause dans les récits d'enquêtes et anecdotes, et ce pour deux raisons.

La première, c'est que 24 historiettes ont déjà été publiées, et que si vous faîtes partie des 3 personnes (4 les jours de grand vent) qui ont suivi avec attention le fil des parutions, vous devinerez que je suis en rade de titres, étant donné que l'oeuvre à laquelle je rendais un piètre hommage ne compte pas plus de 24 albums.
Un petit récapitulatif de ce qu'on peut appeler cette première série est d'ailleurs en préparation.

L'autre raison, c'est que si les fins limiers n'ont jamais de vacances, les enseignants-chercheurs si ! Les beaux jours arrivent et je compte bien en profiter goulument. Halte aux mystères de tous acabits, moumoute estivale et bermuda mérovingien rythmeront mes congés endiablés.

Je ne vous oublierai pas pour autant, chers fans en furie (là nous sommes descendus à 2 personnes), et je tâcherai de continuer à publier fréquemment petites surprises et autres billets d'humeur, en attendant la nouvelle série d'aventures tonitruantes.
Et, parce que je vous aime bien, j'inaugure dès maintenant...

Voici belle lurette, je me suis fait tagué par l’honorable Haeru sur son charmant espace internétal. Moi qui croyais que cela n’arrivait qu’aux murs, je tombais de haut, mais de moins haut que d’un mur (très difficile à prononcer et pourtant, c’est bel et bien français).
Pour faire simple, cela consiste à révéler aux visiteurs sept éléments qu’ils ne savaient pas sur vous. Autrement dit, cela revient à considérer son lecteur de base comme un être curieux, perfide et adepte du voyeurisme… c’est ma foi fort agréable !

Après plusieurs jours de réflexion, voire semaines ou mois, je vous livre ces éléments qui touchent de près au domaine de la vie privée. La ligne jaune est franchie, mais n’oubliez pas que j’y suis contraint…

Première révélation :
Riton Lacapuche est un pseudonyme. Mon véritable nom est Bernard Chalumeau.

Deuxième révélation :
Pour combattre ma myopie, j’ai essayé les lentilles mais je les digère mal. Et contrairement à ce qu’avancent certaines mauvaises langues, je ne suis pas presbyte.

Troisième révélation :
Ma moumoute est biodégradable.

Quatrième révélation :
Au moment de la révolte des aborigènes, un de mes aïeuls était brocanteur à Tunis.

Cinquième révélation :
Dans ma jeunesse, je pensais que la nicophobie et l’acarophobie n’étaient pas les peurs du tabac et des acariens, mais de Nicolas Peyrac et des chemises à carreaux.

Sixième révélation :
Je suis fan de Marilyn Manson.

Septième révélation :
Pour rester dans le domaine de la peur, je suis amoraphobe. C’est comme agoraphobe, mais pour la moutarde.

Il me reste à prendre congé de vous, chers amis, en espérant que vous saurez déceler le vrai du faux dans ces affirmations.
Avant de partir, je dois désigner une personne pour poursuivre la chaîne. Les possibilités sont nombreuses mais je vais taguer Pheynosita, et si l’on me demande pourquoi, je répondrai pourquoiblog

Qu’elle se rassure néanmoins car si son temps de réaction se base sur le mien, elle peut attendre 2009 avant de s’y coller !

A bientôt !

Riton.