Aujourd'hui, un billet d'humeur musical !

pet_shop_boys_yes

Fantaroux étant en grève, il m'a conseillé en attendant son retour d'écouter le tout nouvel album des garçons d'animalerie, ceux que l'on appelle Pet Shop Boys en temps normal. Il s'intitule "Yes" et sera en vente à partir de demain chez tous les (bons) disquaires.
Il me l'a proposé, dit-il, car les deux membres du groupe sont réputés pour leur pop mélancolique, servie par des textes intelligents. Ce dernier mot m'a particulièrement touché.

J'ai pensé que cela pourrait en intéresser certains, d'autant plus que le groupe est fortement boudé par les médias français qui préfèrent promouvoir les jeunes étoiles montantes, et souvent filantes, de la variété ou nouvelle scène française, parfois raporisée et r'n'bisée. Il est vrai que la pop anglaise n'est pas vraiment diffusée par les radios françaises, qui ont sans doute peur du ridicule qu'engendrerait une comparaison entre les deux pays.

Autre avantage, les deux membres du groupe (Neil Tennant et Chris Lowe) ont voulu faire un album "frais" et "positif" (pour une fois), et c'est plutôt sympathique étant donné le contexte actuel. Ce serait dommage de passer à côté.

Alors pour ceux qui veulent écouter ce groupe à part, qui officie depuis 25 ans, et qui a été fraîchement récompensé par un Brit Award pour sa "contribution exceptionnelle à la musique", il suffit de cliquer sur les titres en suivant ce lien.

L’avis rapide de Riton (aidé par Fantaroux) sur chacun des titres :

01. Love etc.
Premier « simple » de l’album, très efficace avec sa belle mélodie et sa réflexion bien sentie sur l’amour. « Don’t have to be beautiful, but it helps ! ».
10/10

02. All over the world
L’hymne de l’album, rythmé, entêtant et simple, avec de belles cordes et une réhabilitation de l’ami Tchaïkovski en prime. Très loin d’être casse-noisettes, ce titre !
09/10

03. Beautiful people
Johnny Marr (ancien de The Smiths) à la guitare et à l’harmonica, et jolie ballade à l’arrivée. Titre le plus « rock » de l’album.
08/10

04. Did you see me coming ?
La chanson la plus simple de l’album, la plus pop. Son titre fait penser à un film « olé-olé » et ses paroles sont rigolotes : «You don't have to be in Who's Who to know what's what » et «
You don't have to be what's what to know who's who ». Vous noterez également le pont musical magnifique.
08/10

05. Vulnerable
Une belle ballade, qui prend toute son ampleur après plusieurs écoutes. Un personnage public peut-être vulnérable, et Neil Tennant le confirme en comparant ce titre avec « Voyage Voyage » de Desireless !
09/10

06. More than a dream
Un des titres les plus efficaces de l’album, tant au niveau des couplets que du refrain. Il pourrait triompher dans les boîtes de nuit pour jeunes délinquants.
10/10

07. Building a wall
Charmante chanson, un peu expérimentale, faisant notamment référence au mur de Berlin, et dialogue sympathique entre Neil et Chris : « Protection ! Prevention ! Detection ! Detention !
There's nowhere to defect to any more ! ».
09/10

08. King of Rome
Un nom puissant pour la chanson la plus douce de l’album, la plus planante. Les romantiques apprécieront.
08/10

09. Pandemonium
La plus puissante de l’album, elle donne la pêche ! Le refrain est délicieusement accrocheur, et on ne s’en lasse plus. Elle ferait un « simple » idéal…
10/10

10. The way it used to be
Les mots me manquent pour décrire cette merveille.
10/10

11. Legacy
Le générique de fin de l’album, avec ses percussions et son côté épique, qui s’en prend en fait au dernier discours de Tony Blair en tant que Premier Ministre.
09/10

Bilan : Un très bon cru, peut-être moins léché musicalement que son prédécesseur plus sombre, Fundamental, mais qui remplit parfaitement sa mission d'opus rafraichissant. Une moyenne générale bien supérieure à celle de mes étudiants, qui feraient bien de s'en inspirer !

Parlez-en autour de vous, Fantaroux sera content.

Riton.