14 octobre 2009

Les taxes Hirouge

Que les malandrins qui croyaient que j’étais en vacances s’auto-flagellent avec des orties campagnardes ! La raison de ma longue absence est en réalité due à la rentrée universitaire, qui offre son lot de difficultés insurmontables si l’on ne prend pas le temps nécessaire pour les résoudre.Outre les préparations de cours – j’en ai prévu un de toute beauté sur le rôle du chiendent dans la culture occidentale – et les problèmes administratifs à s’arracher les cheveux - ou pour moi à se décoller la moumoute – j’ai été sollicité à ... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

24 juin 2009

Le postiche (3/3)

Finalement, je décidais de soudoyer un gamin niais qui passait par là avec son ballon. Je lui glissais un petit billet dans la poche en lui disant qu’il en aurait un autre s’il envoyait son ballon dans la fenêtre de Basile Tondu, et restait ensuite près de la porte. « C’est pour faire une blague à un copain », lui dis-je. Le petit imbécile goba mon histoire et s’exécuta ! Caché derrière une poubelle, j’attendais la suite des événements. Oui, pour l’héroïsme on repassera mais je vous dis zut.La porte ne tarda pas à s’ouvrir et... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 14:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 juin 2009

Le postiche (2/3)

Halte-là malandrin ! C’est de cette manière que je décidai de l’interpeller. L’homme, un peu surpris par mon anticipation, se reprit vite ! Après m’avoir répondu qu’il préférait qu’on l’appelle paltoquet, l’insolent personnage s’approcha de ma moumoute. Nous nous empoignâmes alors, tels deux gladiateurs antiques s’apprêtant à lutter jusqu’à la mort. Nous n’allâmes pas jusque-là. En effet, le gros machin était costaud et il m’envoya valdinguer à l’autre bout de la rue, après m’avoir mis un gauche. Pardonnez mon langage peu ... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2009

Le postiche (1/3)

Vous n’êtes pas sans savoir que j’ai en ma possession une moumoute, de premier choix d’ailleurs, importée de chez de Raoul Poileucaillou, le spécialiste des faux-cheveux installé à Montaxy. Ce postiche fait désormais partie de moi, et il est du reste devenu un des signes caractéristiques de ma personnalité. Riton Lacapuche, c’est un enseignant-chercheur, un cœur qui bat, deux jambes et autres calembredaines anatomiques, mais avant et par-dessus tout une moumoute !Bien sûr, j’ai essayé de la dissimuler comme j’ai pu au début,... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 juin 2009

Madame Angéline (4/4)

Nous profitâmes du repas pour faire plus ample connaissance, et j’étais heureux de constater que le courant passait plutôt bien entre nous. Des mots diverses et variés se glissèrent dans la conversation, comme par exemple parents, chien, naissance, ciseau, serpillère, moderne, rideau, Marx, voiture, URSS, alcool, col de chemise, pédérastie, infusion, contemporaine, Johan et Pirlouit, caissière, lampe torche, cerf-volant, aérosol, spartiate, Elvis Presley, amphithéâtre, chocolat, papillon, ancienne, Michel Drucker, pelouse,... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mai 2009

Madame Angéline (3/4)

Si l’annulaire est l’ami des mains, l’annuaire est l’ami des malins ! C’est pour cette raison que je l’ouvris afin de repérer le nom d’Angéline. Je l’avais évidemment retenu en même temps que son prénom, mais je ne vous le dévoilerai pas pour des raisons évidentes de discrétion et de respect de la vie privée. Sachez simplement qu’elle ne s’appelait pas De Touraine, et heureusement car la géline de Touraine n’est autre qu’une poule noire très laide. C’était l’instant « documentaire » de l’histoire. Le doigt posé sur son numéro... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2009

Madame Angéline (2/4)

« Salut… Riton, c’est bien ça ? dit-elle.-Oui Angelénine, heu Angéline. -Wouah, tu connais mon prénom ?-Oui, heu, je l’ai retenu quand tu es passée en exposé. Tu avais été formidable. -Ah, merci ! Justement je voulais te parler de ça ! C’est bien toi qui es passé hier ?-Oui, tout-à-fait.-Je n’ai pas pu venir et, heu, je voulais savoir si tu pouvais m’aider à rattraper en me donnant ton texte.-Ah bon, tu n’étais pas là ? Et pourquoi ? Heu je veux dire quel dommage ! Bien sûr que je peux te donner mon texte.  -Hi hi hi. Très bien,... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:03 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
13 mai 2009

Madame Angéline (1/4)

Je n’ai jamais été très loquace sur ma vie sentimentale, pour la simple raison que celle-ci n’a jamais été très étoffée. La fleur de l’âge, celle de ma jeunesse, ne fut pas une rose magnifique mais plutôt un cactus hostile, si vous voyez ce que je veux dire. C’est au cours de ces années où je n’étais encore qu’un simple – mais talentueux – étudiant, qu’une rencontre universitaire changea mon existence à jamais, pour la vie, et jusqu’à ce que mort s’en suive. Elle s’appelait Angéline, et je tiens à dire de suite qu’elle n’était... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2009

La route du Sud (4/4)

« Ha ha ha ! On savait que tu mordrais à l’hameçon ! », répéta Arthur, qui commençait à radoter à cinquante ans à peine. J’étais bien triste pour lui mais je lui répondais qu’il l’avait déjà dit, et qu’au surplus nous n’étions pas à la pêche.« Ha ha ha ! fit-il. Tu fais pourtant un gros poisson… ou plutôt… un sacré pigeon ! » Il commençait à m’énerver avec ses « ha ha ha ! » à répétition, et son humour idiot. Gontran, qui me connaissait depuis plus longtemps, s’en aperçut et proposa de me conduire jusqu’à la chambre où je devais... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 avril 2009

La route du Sud (3/4)

Coccinelle-la-Jolie est un village qui mériterait, à l’instar de Grateloup, Cassaniouze ou Arnac-la-Poste, de figurer dans l’Association des communes de France aux noms burlesques et chantants, authentiquement fondée en 2003. Malheureusement, lorsque je mis les pieds sur le sol coccinellien, je dus très vite déchanter. La pluie et le froid étaient arrivés avec moi… Une chance, j’avais gardé mon imperméable le temps du voyage et je commençais à me dire que je n’allais pas l’enlever de si tôt. Un taxi m’attendait patiemment, à... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 10:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]