11 mars 2009

La route du Sud (2/4)

J’allais partir à la plage ! Ha ha ha ! En plein mois de février ! Pendant que tout le monde se ridiculiserait au Grand Bornand, à Super Besse ou à l’Alpe d’Huez, j’irais nager dans les eaux bleues et tranquilles de la Méditerranée. Ma place avait été réservée pour le lendemain soir. J’avais fini par trouver un numéro de téléphone grâce à la référence du minitel et j’étais tombé sur un homme d’âge mûr et très poli qui m’avait donné tous les renseignements. Je serais logé dans une luxueuse villa à deux pas de la plage, bien... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mars 2009

La route du Sud (1/4)

Un beau jour, ou peut-être une nuiiiiiiiiiiit… Pardon, je vais éviter de me prendre pour Barbara. Un beau jour, donc, ou peut-être une nuit mais je ne pense pas car j’y voyais clair mais je ne vais pas rentrer dans les détails sans cela je vais faire des phrases à n’en plus finir et vous aurez le souffle coupé ce qui me dérangerait énormément il faut bien le dire car je prends soin de mes lecteurs même si j’en ai pas l’air à première vue et surtout s’ils sont asmathiques, je me trouvais tranquillement chez moi, avachi sur un ... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 février 2009

Le secret de l'aubépine

Tout à l’heure, je sortais d’un repas bien arrosé (par trois ou quatre seaux d’eau), le rituel du dimanche que l’on s’évertue à poursuivre même quand les temps sont durs (car quand ils sont mous c’est moins gênant). Un oncle généreux qui vous aide à faire les courses, une cuisinière hors-pair, qui si elle n’a pas inventé le fil à couper le beurre, aurait pu inventer le cordon bleu, deux autres convives de la famille proche et moi-même, et c’était parti pour un moment de bonheur comme on n’en fait plus.Une fois passées les... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 01:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 février 2009

Hold-up au Crédit Bulle (3/3)

« Vroum vroum piyoupiyoupiyoupiyoupiyoupiyou », voilà à peu près ce que pouvaient entendre les passants près desquels la voiture de police passait très vite avec son gyrophare clignotant et bruyant. Vous remarquerez au passage la retranscription parfaite de l’onomatopée de la course poursuite. On se serait cru au temps des cow-boys et des indiens, sauf que la neige remplaçait la poussière du sol, qu’on ne chevauchait pas de chevaux et que les braqueurs n’avaient pas de plumes. Réflexion faite, cela ressemblait plus au jeu des ... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 février 2009

Hold-up au Crédit Bulle (2/3)

Les deux hommes étaient cagoulés et portaient tous les deux un gros blouson noir bien épais, ainsi que des gants de la même couleur. Pour un peu on aurait pu croire qu’ils se protégeaient simplement du froid, comme un quidam quelconque… seulement ils avaient chacun un pistolet à la main.La suite se déroula comme dans les films, trop même, c’était presque décevant. Enfin je vous dis ça maintenant, mais je n’en menais pas large sur le moment. Mon visage devait être blême comme un emblème pale, ou pale comme un emblème blême,... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 février 2009

Hold-up au Crédit Bulle (1/3)

Au moment où je prends la plume, cet épisode est – fort heureusement pour moi - de l’histoire ancienne, à ne pas confondre avec l’histoire contemporaine que j’enseigne. Rien de tel qu’un magnifique jeu de mot pour amorcer l’évocation d’un délicat souvenir !C’était il y a deux ou trois ans, je ne sais plus (le souvenir a beau être traumatisant, il a le droit d’être imprécis). Toujours est-il que, sauf dérèglement climatique ou quatrième dimension, ce devait être en hiver, puisque je me souviens qu’il neigeait et que j’avais... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 janvier 2009

L'histoire de la désunion (3/3)

Plusieurs semaines passaient, et je n’avais plus de nouvelles de David. Lui qui avait pris l’habitude de m’envoyer une à quatre lettres par jour, ne donnait plus signe de vie. Je commençais vraiment à m’inquiéter pour sa santé, et un peu aussi pour la santé de The History of the Desunion il faut bien le dire, même si cette inquiétude n’était que secondaire, contrairement à ce que certains malfaisants pourraient penser.Chaque jour, je me tâtais à le relancer, histoire qu’il se rappelle à mon bon souvenir. Chaque jour, aussi, je... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 janvier 2009

L'histoire de la désunion (2/3)

« Cher Monsieur,J’ai l’honneur de vous déranger une fois encore au sujet de l’adaptation de votre ouvrage en langue anglaise. Page 122, paragraphe 4, vous écrivez : « Le père Martin travailla d’arrache-pied pour endiguer le nombre de divorces dans sa paroisse ». J’aimerais savoir pour quelle raison il eut besoin d’arracher des pieds pour construire une digue, et s’il a utilisé le pied droit, le gauche ou les deux. De plus, a-t-il fait de la prison pour ce crime ? »-Ha ha ha ha ha ha !Ces rires non retenus étaient ceux de... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 janvier 2009

L'histoire de la désunion (1/3)

Lundi 31 février 2015, Paris, 10h. Confortablement installé dans mon lit douillet, je décide de retarder mon réveil de 10 minutes. Une fois cette durée écoulée, je prends la courageuse décision de mettre mes lunettes, mais d’attendre dix minutes encore avant de me lever complètement. Il est 10h20, ma moumoute est confortablement installée sur mon crâne douillet, et je suis levé. Je viens de m’accorder une grasse matinée supplémentaire après celle du week-end. Le lecteur attentif aura remarqué que la date à laquelle est... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 01:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 décembre 2008

Tonton Philibert (2/2)

Le quatrième jour, la preuve était faite que la faim m’avait fait manger et apprécier n’importe quoi. Je passais toute ma journée à la selle, à expulser douloureusement les matières fécales de mon jeune corps fragile. Pendant ce temps-là, tonton se remettait lui aussi en selle, au niveau de l’alcool j’entends, en ne sirotant pas une grenadine mais plusieurs packs de bières avec un compagnon de beuverie. De retour au bercail, tonton Philibière me trouvait toujours aussi mal en point, dans la même position et au même endroit.... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 12:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]