24 décembre 2008

Les douze traîneaux de Riton Lacapuche

Tous les ans, c’est le même refrain (de lutin), la même chanson (de chapon), ou la même ritournelle (de Noël). Le 25 décembre est l’occasion pour les adultes de retomber en enfance et pour les enfants de tomber tout court, tout excités qu’ils sont. La blancheur du ciel rime souvent avec la neige éternelle, qui tombe elle aussi et fleurit l’horizon d’une pureté sans nom. Mais je m’emballe, je m’emballe – ce qui au demeurant n’est pas idiot en cette période de cadeaux – mais j’en oublie le sujet qui me préoccupe aujourd’hui. Je ... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 14:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 décembre 2008

Tonton Philibert (1/2)

Les plus aguerris d’entre vous, ô que j’aime employer ce vocable pompeux, se rappelleront de mon tonton Philibert, évoqué déjà dans une aventure passée et connu pour son amour de la boisson*. A l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, fêté dignement au Champomy par ma famille, je tiens à lui rendre hommage en vous livrant une anecdote aussi savoureuse que l’alcool qu’il buvait, celle de mes vacances chez lui lorsque j’étais petit.Comme tout ivrogne qui se respecte, tonton Philibert vivait en ermite, dans une vieille... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2008

Frank Frank

L’autre jour, je suis allé voir mon médecin, le docteur Frank Frank, rue des arnaqueurs. Je n’avais pas envie de rédiger quoi que ce soit, et encore moins de publier quoi que soit, ni même quelque chose ou un truc. Après un examen attentif de mon état de santé – prise de tension, vérification du pouls, massage cardiaque, débouchage des oreilles, radio de l’épaule gauche et du genou droit, toucher rectal, lumière de lampe dans la bouche, etc. - la sentence tombait : « Mon pauvre ami…vous êtes atteint de flemmagite aigüe ! ». Pris de... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 décembre 2008

Les dix dauphines (3/3)

La deuxième coupure publicitaire était à peine terminée que Miss Monnet prenait la parole, et pas pour discuter des affaires monétaires ni même de peinture, contrairement aux apparences. Son credo était davantage la chirurgie esthétique. « Regardez ce qu’ils ont fait à mon nez », nous dit-elle en dénonçant les mauvaises pratiques des praticiens. C’est vrai que cette difformité l’handicapait quelque peu pour la compétition, mais elle se rattrapait joliment avec des cuisses et des jambes pulpeuses, qui elles, n’avaient pas... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2008

Les dix dauphines (2/3)

Miss Sorbonne inaugura. C’était une charmante brunette, ma foi, et ses idées pour l’environnement étaient très bonnes, pour ne pas dire aussi ravissantes qu’elle. Mon voisin de table, le philosophe, visiblement illuminé, me parla de son bonnet alors qu’elle n’en portait pas sur la tête. Arrivait ensuite Miss Valéry, qui s’appelait, et c’était fort à propos, Valérie. Sa blondeur et sa poitrine généreuse cachaient bien sa passion pour la question des sans abris. Elle proposait qu’on leur fasse une place dans les grandes demeures... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 18:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
12 novembre 2008

Les dix dauphines (1/3)

Avant toute chose, je tiens à préciser à mes lecteurs chanceux que cette anecdote n’a rien à voir avec le charmant cétacé aquatique qui amuse les enfants. N’allez-pas croire non plus que je ne considère qu’une partie de mes lecteurs en disant lecteurs chanceux, mon but ici n’étant évidemment pas de me montrer sectaire. Je veux simplement dire que tout lecteur habitué à ma prose a forcément de la chance, l’adjectif forme donc un tout avec le nom. Mais écoutez-moi donc, ou plutôt lisez-moi lors des prochaines lignes, vous... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 02:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 novembre 2008

Le cirque Bourboni (2/2)

« La parole est à Monsieur Lacapuche, rapporteur général de la Commission des intellectuels, et membre éminent de la confrérie des gastronomes ». Montant à la tribune, le regard haut et fier, je m’exprimai en ces termes :« Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, chers collègues, chers élites, chers édiles, chers ministres, chers auditeurs, chers téléspectateurs, chers visiteurs égarés, chers mineurs, chers majeurs, chers trentenaires, chers quadragénaires, chers cinquantenaires, chers sexagénaires, chers septuagénaires, chers... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 octobre 2008

Le cirque Bourboni (1/2)

Pas plus tard qu’il y a quelques mois, une année ou dix ans, je ne sais plus, je me trouvais devant mon téléviseur couleur (je me suis enfin décidé, oui). Le temps n’était pas au beau fixe, mais mes relations avec la faculté l’étaient, puisque je n’avais pas de cours à donner.Toutes ces conditions aidant, j’avais décidé de paresser nonchalamment, et ce malgré la lourde charge de travail qui m’attendait.Cette flemme inhabituelle m’avait tout bonnement conduit devant la télévision, l’endroit idéal pour laisser ses neurones en... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 00:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 octobre 2008

Essuie-glaces et coups fourrés (3/3)

« Malheur de malheur ! Je suis bien malheureux ! ». Telle fut la réplique que je prononçai sur le coup du désespoir, si bien que j’en fis une redondance. J’étais rentré chez moi en laissant dehors ma pauvre 2CV mutilée.Quel bougre d’olibrius avait pu me faire un coup pareil ? Etait-ce le voiturier moqueur de l’hôtel ? L’homme n’avait certes pas inventé l’eau chaude, mais de là à commettre un crime dont il serait immédiatement accusé, il y avait un pas et même plusieurs foulées. Par contre, étant donné qu’il n’avait pas inventé le fil... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 17:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 octobre 2008

Essuie-glaces et coups fourrés (2/3)

« T’es tout rouge, Riton ! Ne me dis pas que tu as encore un problème de papier toilette ? ». Cette phrase qui introduit en finesse cette deuxième partie est à mettre à l’actif de Gontran des Capucines, le sémillant spécialiste des chambres à air gastéropodes du Népal amérindien. Celui-là même qui avait assisté à l’épisode du lotus rose, au cours duquel j’avais dû utiliser ma moumoute à des fins peu glorieuses*. Arthur de la Brave-Vache était là également, et souriait en se remémorant ce moment joyeux (pour lui). Mis à part... [Lire la suite]
Posté par Fantaroux à 01:25 - - Commentaires [5] - Permalien [#]